image_plume
image_plume

Nos coups de coeur

Rappelez vous votre vie effrontée

image_plume
image_plume

Rappelez vous votre vie effrontée

de Jean Hegland traduit par Nathalie Bru

Editeur : Phébus

ISBN :  9782752912473

384 pages  

23 € 

Note de l'éditeur

C’est l’art et la littérature qui nous laissent imaginer l’humanité chez autrui et nous aident à la trouver en nous-mêmes.
John Hubbard Wilson, professeur de littérature, l’a toujours dit à ses étudiants dans son cours sur Shakespeare : « Nous allons tous mourir. C’est ce qui se passe pendant que nous vivons qui doit compter – ce que nous apprenons, ce que nous savons, ce que nous finissons par comprendre avant de disparaître. »
Au crépuscule de sa vie, John, atteint de la maladie d’Alzheimer qui grignote peu à peu sa mémoire, renoue avec sa fille, Miranda. Leur relation gâchée rencontre alors une ultime chance d’être réparée.
Un magnifique roman sur ce qui nous lie à ceux qu’on aime, sur le sens qu’on donne à sa vie. Et un hommage à la littérature qui accompagne l’existence, tel un soutien indéfectible.

L'avis de votre libraire

John est atteint d’Alzheimer au point que sa femme Sally est obligée de le laisser dans une structure adaptée. Nous voilà, lecteurs, immergés dans sa tête d’universitaire spécialiste de Shakespeare entre perte de mémoire et tirades mémorisées de cet auteur incroyable.

Sally, douce et aimante souhaite aussi ardemment que John et sa fille puissent reprendre le contact perdu depuis tant d’année et se réconcilier.

J’ai attendu avec fébrilité la fin de ce magnifique roman vibrant d’humanité pour savoir s’ils arriveraient à se retrouver .

L’autrice réussit dans ce roman, une délicate prouesse : faire ressentir la maladie d’Alzheimer depuis le malade et non depuis son entourage comme la plupart des livres la présentent.

Ce roman est à la fois une mise en garde du danger d’une vie trop intellectuelle qui a fait passer John à coté de sa fille et un éloge du pouvoir de la littérature. Littérature qui permettra à John de garder jusqu’au bout sa dignité d’homme même dans la maladie psychique !

J’attendais mon gros coup de cœur de cette rentrée littéraire , je l’ai trouvé ! le voici !

Il me reste aussi à découvrir Shakespeare que je ne connais que de nom !

Sylvie

Votre avis ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf − 5 =

Retour en haut